musical-et-cie

musical-et-cie

Notre-Dame, la malédiction de Quasimodo

87368303_519830118737452_8758826694787203072_n.jpg

 

Dimanche 23 février nous avons assisté au Centre évenementiel de Courbevoie, à un spectacle d'une très grande qualité et il n'y avait pas une tête d'affiche mais une trentaine de chanteurs et danseurs faisant partis de l'association Locksley Mus’
Vous ne les connaissez pas et c'est un tort. Ils n'ont rien à envier aux artistes qui foulent les scènes parisiennes.

Mais qui est cette troupe et d'où vient elle ??
En 2008, François-Xavier BORSI et Rémi DELEKTA se lancent dans un pari fou : créer de toutes pièces
une comédie musicale originale ! Très vite, ils sont rejoints dans ce projet par Ferdinand BISTOCCHI, chef de l’Orchestre Symphonique de MARLY.
Tous trois partent alors à la recherche des artistes qui constitueront la troupe : chanteurs, danseurs,
metteur en scène, chorégraphe, … tous bien sûr amateurs et bénévoles !

Ravis de découvrir une nouvelle troupe, nous étions surtout impatients de découvrir la mise en scène que Sophie Delmas avait fait sur ce spectacle. 
Un pari plus que risqué que d'adapter la comédie musicale "Notre Dame de Paris" déjà tellement connue du grand public.

Les première notes de la chanson " Le temps des cathédrales" retentissent et là nous savons d'avance que le pari va être gagné. 
S'en suit 2H00 de spectacle que nous n'avons pas vu passer tellement le niveau vocal et scènique étaient à la hauteur.
25 chanteurs de haut niveau, dont 8 solistes, 12 danseuses et 9 musiciens professionnels (rythmique + quatuor à cordes) qui ont joués en live pour notre plus grand plaisir.

Musical et cie espère vraiment que cette troupe remontra sur une scène parisienne ou proche paris pour que vous puissiez aller voir leurs talents.

Mise en scène par Sophie Delmas et direction musicale par Ferdinand Bistocchi.


 


24/02/2020


Célestine et la tour des nuages

                                   unnamed.jpg

 

CELESTINE ET LA TOUR DES NUAGES

 

«Les vrais héros ne connaissent pas le sens de la vie, ils lui en donnent» et Célestine en fait bel et bien parti.
C’est son épopée qu’il nous est donné de suivre dans «Célestine et la tour des nuages».

Le 14 Février dernier, Musical & Cie a assisté à la dernière date d’une série de 5 représentations à la Comédie Nation produites par la société Lontra.

 

Dès les premières secondes, grâce au décors mais surtout à la musique composée par Nelly Stajic (interprétée par Jonathan Goyvaertz au piano) nous sommes propulsés dans l’effervescent Paris de 1889 et de l’exposition universelle.

 

Le livret (à différents degrés de lecture) riche en rebondissements avec un humour omniprésent est signé Clara D’Agostino et Medhi Vigier.
Il est très bien dosé et laisse également la part belle aux rêves et à la l’innocence de Célestine Trouvé.

 

Tout commence au moment où cette dernière quitte l’orphelinat dans lequel elle a grandit pour devenir l’assistante du Professeur Fournier, un historien spécialisé en ésothérisme et passionné aéronautique scientifique (même s’il a peur de l’altitute et du vide !).

 

Notre héroïne est interprétée par Marianne Millet.
Nous vous parlions d’elle tout récemment puisque nous l’avions vue « Dans les yeux de Jeanne ».
Ici on la retrouve dans un registre évidemment bien différent.
Elle semble au moins aussi à l’aise dans le rôle de cette jeune aventurière très brillante, espiègle à souhait mais, avouons-le, un peu gaffeuse.

 

Son nouvel employeur, le Professeur, va s’avérer un brin «parano» persuadé qu’il se trame un complot avec une société secrète (nous n’en révélerons pas davantage car nous sommes persuadés que l’aventure ne fait encore que commencée pour Célestine)
Il est surtout complètement farfelu mais comme il le proclame haut et fort : « il n’y a rien au monde de mieux que d’être loufoque » !
C’est Hadrian Levêque qui incarne ce personnage haut en couleur et aux allures de Willy Wonka.

 

Sans tarder, notre jeune Célestine va se voir confier une mission : trouver le ballon Lachambre au milieu de l’exposition universelle !

 

C’est alors qu’elle va rencontrer le dernier membre du trio de choc (avec qui elle a en commun une admiration sans faille pour Jules Verne) : Mira Loizeau, sur le point d’obtenir ses ailes !
Une Féministe, avant-gardiste qui s’implique beaucoup au sein du mouvement syndical.

Marie Arnold se glisse dans la peau de cette ingénieure ou technicienne, mécanicienne qui rêve de piloter un aéronef avec bien plus de facilité que son personnage dans les grandes robes de gala. 

 

Mais il n’y a pas de belle histoire sans conteur.
C’est là qu’intervient Noé Pflieger dont le personnage à la fois mystérieux voire légèrement inquiétant par moment va nous «balader» dans l’espace et dans le temps pour nous relater tout ce que nous venons d’expliquer et bien plus encore.
Comme si cela ne suffisait pas il créé la surprise avec d’autres personnages et pas des moindres !
Mais, chut ! 

 

Le rythme effréné qu’il mène est soutenu par la mise en scène parfois interactive et sans aucun temps mort de Clara d'Agostino assistée de Lara Pegliasco.

Nous ne pouvions tout de même pas terminer cette article sans saluer le travail sur les harmonies dans les chansons d’ensemble.

 

En somme, absolument tous les ingrédients sont réunis pour que ce spectacle connaisse une réussite dépassant encore celle qu’a connue cette série de lancement.
Pourtant le challenge était de taille étant donné la qualité du spectacle.
Alors, quoi qu’il arrive, rappelez-vous qu’ «il n’y a pas de situation, si périlleuse soit-elle, dont on ne puisse se tirer» et c’est Jules Verne qui nous le dit !

 

**********************

Avec : Noé Pflieger, Marianne Millet, Hadrian Levêque, Marie Arnold

Pianiste : Jonathan Goywaertz

Musique originale : Nelly Stajic

Livret : Clara d'Agostino et Mehdi Vigier

Mise en scène : Clara d'Agostino assistée de Lara Pegliasco

Chorégraphie : Joseph Laurent

Visuels : Nah Pictures - Maeva Sorya - Tao Hime

Directrice de production : Manon Bianchi

Chargée de production : Chiara Stringari


24/02/2020


Opérapiece au Théâtre Essaïon

                             15762264024691_operapiece-essaion_41370.jpg

 


Aurore Bouston
(«LALALA Opéra en chanson», «Cachafaz tragédie barbare», «KARAOKE») et Marion Lépine («La vie parisienne», «Tout Offenbach ou Presque», «Les Divalala») n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’elles ont déjà crée ensemble un premier spectacle d’humour musical intitulé «Do Ré Mi Fashion» en 2015.

 

Dans «Opérapiécé», elles nous racontent les déboires professionnels et sentimentaux d’une jeune artiste fraîchement débarquée à Paris. 

 

Bien entendu, le rêve laisse rapidement place à la recherche d’appartement, à la course aux cachets et aux déceptions amoureuses. 

 

Mais nous assistons également à la naissance d’une belle amitié.

 

 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que, si le thème n’est pas très original en soit, la manière dont le sujet est traité ici est inattendue, surprenante et réjouissante. 

 

C’est un véritable feu d’artifice de chansons qui s’entremêlent comme les voix des deux chanteuses. 

 

Telles le Ying et le yang ou l’ange et le démon, l’une est blonde aux yeux clairs l’autre brune aux yeux foncés.

 

Grâce à un remarquable travail d’écriture, les grands airs classiques (Strauss, Stravinski, Tchaïkovski, Ravel, Mozart, Chopin...) côtoient Claude François, Jacques Brel, Georges Brassens ou Alain Souchon, par exemple. 

 

Tout n’est donc que contraste et rupture.

 

 

 

Mais finalement, cela s’harmonise et s’équilibre véritablement. 

 

Cette homogénéité est certainement liée, entre autre, aux soins portés aux arrangements de Louis Dunoyer de Segonzac, au dynamisme de la mise en scène de William Mesguich et au fait que ce spectacle (entièrement chanté) a pour seul accompagnement un accordéon. 

 

Celui-ci est présent du début à la fin et crée une atmosphère un peu rétro et typiquement parisienne pleine de charme. 

 

D’ailleurs elles rendent, au passage, un très bel hommage à notre capitale qui mérite d’être salué.

 

Il y a évidemment beaucoup d’humour et de dérision mais également quelques «notes» bien plus poétiques. 

 

On sent une réelle complicité, un plaisir non dissimulé à jouer. 

 

L’utilisation de ce verbe pour le théâtre prend tout son sens pendant ce spectacle.

 

Il y a également un très beau travail sur les costumes, créés par Marie-Caroline Béhue Guetteville, mais nous ne voulons pas non plus tout vous révéler !

 

 

 

C’est à découvrir les mardis et mercredis à 21h jusqu’au 25 mars 2020 (relâche le 3 mars) au théâtre Essaion.

 

 

 

*******************************************

 

Auteures : Aurore Bouston, Marion Lépine

 

Mise en scène : William Mesguich

 

Direction musicale : Louis Dunoyer de Segonzac

 

Distribution : Aurore Bouston, Marion Lépine

 

et Marion Buisset ou Vincent Carenzi à l’accordéon

 

Chorégraphies : Barbara Silvestre

 

Costumes Black Baroque by Marie-Caroline Béhue


 


19/02/2020


Dans les yeux de Jeanne au théâtre du Funambule

68E4BDF1-4F9D-47C5-85E0-55C41E4CF823.jpeg

 

DANS LES YEUX DE JEANNE

 

«La tactique du gendarme», «Salade de fruits», «La grande vadrouille», «La cuisine au beurre»...Bourvil, André Raimbourg de son vrai nom, fait partie de ces grandes figures que l’on connaît sans vraiment les connaître. 

 

Il est né le 25 juillet 1917 en Normandie. 

D’abord boulanger, il tombe en admiration devant Fernandel et décide de tenter sa chance à Paris avant de s’élever au rang de vedette (grâce à «La traversée de Paris»). 

Comme beaucoup de jeunes artistes il démarre par quelques figurations et participe à un télé-crochet qu’il remporte avec le titre «Ignace».

En 1942, André Raimbourg devient Bourvil afin d’éviter toute confusion avec son cousin Lucien Raimbourg déjà acteur.

 

Le spectacle « Dans les yeux de Jeanne» que nous avions découvert l’année dernière au Théâtre du Gymnase, porte le prénom de celle qui ne cessera jamais de l’aimer et de le soutenir : sa femme Jeanne Lefrique. 

Il raconte le destin de cet homme plein d’humour et de tendresse. 

 

C’est l’auteur lui même, Guillaume Sorel, qui se glisse dans le fameux costume noir avec le pantalon un peu court et la veste étriquée. 

Si vous le croisez dans la rue ça ne vous sautera peut-être pas aux yeux. En revanche, quand il entre sur la scène du théâtre Funambule, la ressemblance est saisissante !

Mais attention, à aucun moment il ne «singe».

Il aurait été beaucoup trop simple de rester dans la facette «benêt» dont tout le monde se souvient. 

Loin s’en faut ! Il explore plutôt le côté drôle et tendre du personnage. 

 

La présence toujours bienveillante, encourageante de son épouse (joliment interprétée par Marianne Millet lors de la représentation à laquelle nous avons assistée) renforce la dimension intimiste du spectacle tout comme le fait qu’il n’y ait qu’un piano (mais quel piano que celui de Simon Froget-Legendre qui jouait ce même soir) pour les accompagner.

 

Si on ajoute la mise en scène simple mais efficace et tellement bien servie de Juliette Baucher on ne peut qu’être touchés par la douceur, la poésie et la délicatesse de l’oeuvre.

 

Si on aime Bourvil c’est gagné d’avance mais dans le cas contraire vous pourriez bien changer d’avis et si tel n’est pas le cas vous reconnaîtrez au moins la justesse et la prouesse réalisée par les trois artistes sur scène ainsi que la qualité du travail d’écriture. 

 

Donc, dans tous les cas, rendez-vous AVANT LE 2 FEVRIER du mercredi au samedi (à 19h30 ou 21h en alternance) et les dimanches à 16h au théâtre du Funambule.

 

***************************

De Guillaume Sorel

Mise en scène Juliette Baucher

Avec Apolline Andreys en alternance avec Marianne Millet, Guillaume Sorel, Benoît Dupont en alternance avec Simon Froget-Legendre ou Julien Mouchel

Scénographie Bastien Forestier Richard

Costumes Salomé Brussieux

attaché de presse : Guillaume Bertrand 

 

 


31/01/2020


Stage « Chansons z’à jouer 2020 French Broadway »

5584E528-D4CE-4B42-BE47-939A4F8699A2.jpeg

Nouveau stage conventionné AFDAS Chansons Z'à jouer 2020 : French Broadway ! du 30 avril au 31 mai 2020. 

 

Ce stage est destiné aux professionnels du spectacle, qu’ils soient chanteurs, comédiens ou danseurs et qui ont le désir de se confronter directement aux difficultés de ce genre artistique.

 

Les formateurs:

Jasmine ROY

Raphaël SANCHEZ

Philippe FIAHLO

Renaud MAURIN

 

Les inscriptions sont ouvertes !

 

Merci d'envoyer un mail à ascalie.spectacles@yahoo.fr .

 

Pour plus de renseignements merci de vous rendre sur le lien suivant:

 

https://formations.afdas.com/intermittents/stages-conventionnes/copy7_of_chansons-za-jouer-french-broadway?SearchableText=&public=92&reg%3Alist=Ile-de-France&SearchableLocation=&start_type=range&start_start=&_submit=&start_end=&_submit=


28/01/2020


Workshop Intensif de Théâtre Musical.

81898771_2854436934579852_2481411544173248512_n.jpg

Bienvenue à l’Ecole Broadway Paris !

Après 5 années d’existence en Belgique, l’Ecole Broadway arrive à Paris, à partir du 1er Octobre 2020. 

Les cours de l’École Broadway s'adressent aux comédiens, chanteurs, danseurs, débutants ou expérimentés, ou à toute personne curieuse de découvrir le style tout à fait particulier de la comédie musicale.
Ils s’adressent également aux étudiants en art dramatique et en chant, et toute personne sensible à la créativité ayant une démarche personnelle autour de sa voix, de ses émotions et de son corps.

La compréhension de l’univers musical, des timbres, des instruments, des techniques (analysées du point de vue du compositeur) et le lien entre le comédien et ce vocabulaire musical sont deux piliers indissociables et interactifs. Ils permettent à l'acteur de créer une existence parallèle où les seuls moyens de communiquer ou d’exposer ses sentiments sont la musique et le chant, accompagnés du langage corporel. 

Afin de vous permettre de mieux nous connaître et en espérant vous connaître davantage dans le cadre d’un travail pratique, nous vous proposons un Workshop Intensif de Théâtre Musical.
Voilà quelques informations liées au déroulement des deux jours de Workshop Intensif.

Nous allons travailler ensemble pour approfondir : 

CHANT

Atelier de découverte, anatomie du chant (comment fonctionne la voix ), explication des registres (placements, timbres, différents types de chant, respiration, belting, nuances, etc), exercices de groupe et individuels, travail technique sur vos chansons, travail d’une chanson de groupe.

Si vous souhaitez travailler individuellement, merci de bien vouloir nous l’indiquer au moment de lors de votre inscription et de nous transmettre le titre de votre chanson (Répertoire de théâtre musical exclusivement).

THEATRE

Atelier de travail sur des scènes parlées (extraits des book musicals), travail sur des notions de base de la technique Stanislavski (adaptées au style du théâtre musical), atelier d’improvisation en musique, exercices pour développer la conscience de l’émotion et la transmission de celle-ci par tous les moyens scéniques (regard, mouvement, voix) toujours sur un underscore (support musical). 

DANSE

Travail sur quelques techniques de Jazz et apprentissage d’une chorégraphie. 

SUJETS & STYLES

Projection d’une comédie musicale et présentation d’une analyse approfondie du matériel thématique musical en rapport avec le développement des personnages et de l’histoire. Discussion sur le rapport entre le style utilisé par le compositeur et le sujet de l’histoire, sur l’orchestration et la façon dont celle-ci influence la caractérisation des personnages, sur l’alternance de texte parlé / chanté, sur la production et le contexte socio-culturel qui a influencé le succès ou l’échec du musical en question.

TEXTE & LIVRET

Atelier d’écriture de musical. Apprentissage de quelques règles de base pour écrire votre propre comédie musicale. Discussion sur la structure d’un musical, d’une chanson, d’une scène parlée. Comment choisir un sujet ? Comment adapter un sujet déjà existant? Comment créer une structure dramatique musicale? Comment construire des personnages? et plus encore !

 Travail pratique de création d’une chanson. 

- Les horaires sont les suivants : 

SAMEDI : 10H-17H
DIMANCHE : 10H-17H et de 17H à 19H des auditions seront faites pour intégrer la formation complète en theatre musical qui ouvrira ses portes en octobre 2020 à Paris.

 

Le prix est de 150 € pour les deux jours. Avec une offre promotionnelle jusqu'au 12 janvier : une participation achetée, la deuxième a moitié prix (75eur)

---------------------------------------------------------

* Attention nombre de places limité *

Renseignements et inscriptions : ecolebroadwayparis@gmail.com

Merci de l’intérêt que vous portez à notre formation. Nous vous attendons nombreux !


10/01/2020


War Horse à la Scène musicale

7A201638-3CD2-4D5C-9F00-15DD8BC0ACE8.jpeg

Lorsque un spectacle est accueilli avec autant de succès à travers le monde depuis 12 ans et qu’il remporte de nombreux prix dont le Tony Award de la meilleure pièce de Broadway (en 2011) ce n’est pas par hasard. Même Steven Spielberg s’est interressé à War Horse puisqu’il a adapté ce roman de Michael Morpurgo pour le cinéma en 2011.

 

Porté à la scène par Nick Stafford et de la compagnie sud africaine « Handspring Puppet Compagny» ce spectacle arrive enfin à Paris. Tout le spectacle est en anglais mais pour les non-anglophones, les textes sont traduits en français.

 

La mise en scène de Marianne Elliot et Tom Morrisréunit 33 comédiens chanteurs et un accordéoniste. Avec une manipulation d’une précision «chirurgicale», douze marionnettistes donnent vie à des chevaux en rotin, en cuir et en aluminium. Leur réalisme est saisissant. Si l’illusion fonctionne aussi bien c’est aussi également grâce aux projections et aux lumières qui subliment tout. N’oublions pas non plus les voix, notamment le travail des chœurs, et la bande son totalement au service de l’histoire. 

 

Celle-ci débute en 1912, à l’aube de la première guerre mondiale, dans le Devon. Ted, déjà sur-endetté achète aux enchères un cheval qui sera appelé Joey. Sa femme n’accepte de le garder qu’à la condition que celui-ci soit vendu lorsqu’il aura grandi. En attendant, c’est Albert (leur fils) qui va s’en occuper. Ce dernier va relever le défit et faire de Joey un excellent cheval de labour. Une magnifique relation va naître entre le jeune homme et son cheval. Mais malgré tout, afin de rembourser ses dettes, Ted (le père de famille) va vendre le cheval en cachette à la cavalerie . 

 

Albert n’a pas encore l’âge pour partir à la guerre qui s’est déclarée entre temps. Il devrait rester à la ferme avec ses parents. Mais c’est sans compter sur soncourage, sa détermination et sa bravoure. Il va entreprendre une mission périlleuse : partir à la recherche de Joey !

 

Parviendront-ils à se retrouver ? Vous pouvez le découvrir jusqu’au 29 décembre à la Seine Musicale.

 

Un chef d’œuvre hautement poétique à ne pas rater pourterminer l’année en famille.

 

****************

 

La Seine Musicale –  Île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt

 

ACCÈS : 

Métro ligne 9 Station Pont de Sèvres (terminus). Sortie numéro 1 (emprunter le Quai Georges Gorse puis le Pont Renault)

T2 : Stations Brimborion ou Musée de Sèvres, puis emprunter la passerelle

Bus : 160 - 169 - 171 - 179 - 279 - 291 - 389 - 429 - 467 Station Pont de Sèvres

 

SITE OFFICIEL : www.warhorse-spectacle.fr

 

 

 

 



 

 

 

 


27/12/2019


Audition chanteuses

63D7A543-E3B4-4F43-A938-F924D9121A83.jpeg


Audition chanteuses pour le rôle de Ghôldivah. 

Rejoignez l’équipe pour la saison 2!
Pour postuler c’est ici : 

http://careers.disneylandparis.com/fr/auditions/audition-chanteuses-1


22/12/2019


Une femme se déplace

0273834D-4CA2-4056-8360-248008E7A2C4.jpeg

UNE FEMME SE DEPLACE

 

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir remonter le temps pour apporter quelques modifications et ainsi changer le cours de sa vie ou encore d’aller faire un tour dans le futur pour voir un peu ce qui nous y attend ? 

Ce pouvoir est donné à Georgia, le personnage principale de cette œuvre pour le moins originale, surprenante et très contemporaine notamment dans sa mise en scène.

 

Georgia est interprétée par Ludmilla Dabo. Issue du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, cette dernière a participé à la fondation de la Compagnie JTLE (Jeune Théâtre Laboratoire Européen) et au collectif Volcano Song.

Elle a notamment mis en scène «Le Jugement dernier» et un spectacle jeune public : «L’Enfant d’or et l’Enfant d’argent».

Actuellement, on peut aussi la voir dans «Portrait de Ludmilla en Nina Simone» au Théâtre de la ville - Les Abbesses.

 

Mais revenons à Georgia. C’est une trentenaire accomplie, mariée, avec des enfants, aimant son métier d’enseignante et à qui la vie semble sourire jusqu’à ce déjeuner dans un étrange restaurant avec une rencontre toute aussi bizarre : celle d’Iris (Elise Caron, victoire du jazz en 2010 qui s’est également illustrée dans la chanson pour enfants et sur grand écran).

S’agit-il d’une sorte d’ange gardien ou d’une odieuse manipulatrice ?

Toujours est-il que les «flash back» vont se succéder et qu’«Une femme se déplace» dans le temps.

De la mère qui ne gère absolument rien, à la rencontre avec celui qui «dit oui à tout», en passant par l’amie qui est «toujours à contre-temps», nous parcourons les moments clés de la vie de Georgia.

 

Cela se passe presque toujours en musique (on devine par moments les 4 musiciens jouant en live grâce à un subtile effet de transparence), parfois en chanson mais toujours avec un texte fort, plein d’humour et de sensibilité dressant un tableau à la fois sombre et amusé de notre société.

 

En tout, ce sont onze comédiens qui sont réunis et (mises à par Ludmilla Dabo et Elise Caron qui sont omniprésentes) ils interprètent tous plusieurs rôles passant de l’un à l’autre dans un rythme effréné.

 

La danse trouve aussi régulièrement sa place dans des moments déterminants (comme la saisie des huissiers par exemples) ce qui permet de jouer encore davantage avec la temporalité et d’exprimer les sentiments de différentes manières.

 

Qu’est-ce que Georgia va décider de faire de son pouvoir ? Comment va t-elle l’utiliser ? Pour le savoir rendez-vous au Théâtre des Abbesses jusqu’au 21 décembre.

En attendant, n’oubliez pas : «Le futur, ce n’est pas comme le passé, ce n’est jamais deux fois pareil»

 

***************

De David Lescot

Chorégraphie : Glyslein Lefever

Mise en scène : David Lescot

Musiciens : Anthony Capelli (batterie), Fabien Moryoussef (claviers), Philippe Thibault (basse) et Ronan Yvon (guitare)

Avec : Candice Bouchet, Elise Caron, Pauline Collin, Ludmila Dabo, Marie Desgranges, Matthias Girbig, Alix Kuentz, Emma Liégeois, Yannick Morzelle, Antoine Sarrazin et Jacques Verzier.

 


21/12/2019


Lecture : James , L'histoire inédite du Capitaine Crochet

76654342_3181757975169573_5467442631359332352_o.jpg


Tout le monde connaît les personnages de Peter Pan, du Capitaine Crochet et de la fée Clochette rendus célèbres dans le monde entier notamment par les Studios Disney en 1953.
En réalité, ce fut d’abord un roman créé par l'auteur écossais James Matthew Barrie en 1902.
Il a bien entendu connu de nombreuses adaptations au théâtre, au cinéma et même en bande dessinées. 

Mais vous êtes vous déjà demandé pourquoi et comment Peter Pan ainsi que le capitaine Crochet sont devenus ce qu’ils sont ?

Nous avons eu quelques réponses à ces questions ce jeudi 12 décembre au théâtre Michel lors de la lecture de «James - l’histoire inédite du capitaine Crochet».
Mais nous ne dévoilerons rien ici.

Tout ce que nous pouvons déjà dire, c’est que même si les musiques (à la fois féeriques, modernes et rythmées) de Thierry Boulanger ne sont pas encore toutes composées (ce qui fait que quelques chansons devaient être «dites») et que les comédiens avaient encore le livret à la main, la magie opère dores et déjà !

 

Les didascalies étaient lues par Stéphanie Caillol et l’histoire imaginée par Sébastien Savin et Florence Trinca, nous était narrée par David Alexis.

Ce dernier ne se contente pas de raconter l’histoire, ce qui «sert à garder son innocence», il s'immisce dedans...

 

Cette version est aussi inattendue que drôle puisque derrière la féerie et un humour irrésistible on aborde (avec plusieurs niveaux de lecture qui combleront toute la famille) les thèmes de l’âge, de la mort et du deuil, du temps qui passe (ou pas...) ou encore des relations hommes/femmes.

 

Pour cela Sébastien Savin et Florence Trinca voulaient «un cast de dingues» et ils l’ont réuni !

 

Cédric Chupin s’est formé à la fois au chant et à la danse dès l’âge de 12 ans ce qui lui a permis d’intégrer des projets tels que «Cats» au théâtre Mogador ou «Roméo et Juliette» de Gérard Presgurvic. En attendant d’endosser le rôle de James et de «devenir celui qu’enfant (il) aurait tant détesté», il est Uruvela dans «Siddharta - l’Opéra Rock» dont nous vous avons parlé dernièrement.

 

Solen Shawen,mène actuellement la revue de Kamel Ouali au Paradis Latin.

Préalablement vous l’avez peut-être vue dans «Le soldat rose», «Les Dix Commandements», «Peppa Pig - le grand splash» ou encore «Le voyage extraordinaire de Jules Verne».

Son espièglerie, son dynamisme et son groove font d’elle une Clochette pleine de surprise.

 

Vivien Letarnec, principalement danseur, faisait notamment partie de l’ensemble dans «Chicago le musical» et il fera Mouche (dans tous les sens du terme !)

 

Gaëlle Pauly, qui s’est illustrée dans de grandes productions telles que «Mamma Mia!», «La belle et la bête», «Peau d’âne» ou encore «Dirty Dancing», sera Mary.

 

L’ensemble est constitué de Manon Bartoletti, Nicolas Toussaint, Thomas Bernier, Eka et Antonino Grasso.

 

Chez Musical&Cie nous avons été conquis et nous sommes plus qu’impatients de découvrir le spectacle avec les costumes de Jef Castaing, les chorégraphies d’Anthony Despras et les décors ainsi que la scénographie de Bernard Fau.

 

Peut-être que cette fois Clochette pourrait accélérer le temps ?



Sébastien Savin : Auteur
Florence Trinca : Auteure
Thierry Boulanger: Compositeur, orchestrateur et directeur musical
Anthony Despras: Chorégraphe
Jef Castaing: Créateur des costumes
Bernard Fau: Scénographe et décorateur

Artistes : David Alexis, Cédric Chupin Solen Shawen Vivien Letarnec Gaëlle Pauly 

Thomas Bernier Manon Bartoletti Eka Antonino Grasso et Nicolas Toussaint

 

 



15/12/2019