musical-et-cie

musical-et-cie

Seul en scène


Les trois ans du Silvano Show

79495474_432082227465645_331992532370063360_n.jpg


«Les amis de mes amis sont mes amis».
C’est peut-être de cette manière que l’on pourrait commencer à vous parler du «Cabaret Silvano Jo».

En effet, c’est dans son «Atelier d’artiste», en plein cœur de Paris, que Silvano nous accueille.

Le cadre est très intimiste et le concept assez original puisqu’il y a réellement un avant (apéritif dînatoire) et un after-show.

Mais venons en justement au spectacle lui-même.

«Ma BO en couleur», puisque c’est le titre, s’articule autour d’une question essentielle : existe t-il un texte, un seul, dans le répertoire de la chanson française (et même à l’étranger car il y a quelques adaptations dont Silvano a le secret) qui parle des femmes et qui soit un peu profond, intelligent, féministe...

Faîtes nous signe si vous trouvez parce que Daniel GLET (le complice pianiste et accordéoniste), Marie-Catherine, Mamie Bigoudi, Chloé, Eva ou la Divine Diva...cherchent encore..!!

Cette quête est le prétexte pour un tour de chant très varié, coloré, parfois émouvant, coquin, un peu nostalgique et souvent très drôle auquel Silvano rêvait depuis longtemps.
Du coup, il prend un plaisir non dissimulé à en donner à son public.
Cela se sent et ça fait trois ans maintenant que ça dure. Il a même dû rajouter des dates pour l’occasion. 

Au train où vont les choses, Silvano va bientôt devoir trouver un lieu plus grand pour l’accueillir.
Et pourquoi pas un théâtre en 2020..!!
En tout cas, chez Musical et cie, c’est tout «le mal» que nous lui souhaitons.

En attendant Silvano est un artiste libre.
Il fait ce qu’il veut, quand il veut où il veut et comme bon lui semble (y compris avec la lumière qu’il auto-gère).

Alors si vous voulez passer une joyeuse soirée dans une ambiance conviviale et bon enfant nous vous invitons à consulter la page Facebook «Silvano Jo» où vous aurez toutes les informations pratiques et les modalités de réservation.

 

****************

Conception et interprétation : Sylvain ESPAGNOL (c’est marqué sur la sonnette ! )

Piano et accordéon : Daniel GLET

Mise en scène : Nadine MALO



08/12/2019


« Anna attend l’amour »

                        B3C0DAC0-1EDD-4812-8AA0-5EF7A546F955.jpeg



Ce mardi 27 août « Musical & Cie » a assisté à la première représentation d’ « Anna attend l’amour » au théâtre des Mathurins.

Avec le titre seulement on pourrait imaginer une œuvre un peu désuète pleine de bons sentiments

« façon guimauve », en regardant l’affiche on se rend déjà compte que ce n’est peut-être pas si calme que cela.

Mais c’est encore bien loin de la réalité..!!

 

En effet, c’est un spectacle plutôt « trash », aux allures d’exorcisme parfois, qui fait la part belle à l’humour noir, grinçant et caustique.

Elisa Ollier s’y livre, seule en scène, sans jamais s’économiser.

Pendant plus d’une heure elle garde le cap et tient la barre.

 

Cette jeune comédienne issue de l'école d'art dramatique Jean Périmony et du Studio Müller n’en est plus à ses débuts.

On a pu la voir dans "L’invitation au Château", la comédie musicale pour enfants, "Fée ou Sorcière" ou encore "Le Caprice" d'Alfred de Musset.

Plus récemment, pour "Jack, l'éventreur de Whitechapel" et "Comédiens !" elle a endossé le rôle d’assistante à la mise en scène au côté de Samuel Sené.

Ce dernier signe d’ailleurs encore ici une mise en scène surprenante et atypique pour nous raconter l’histoire d’Anna.

 

Que ce soit auprès de son amour de jeunesse Jordan, au sein de sa famille («spéciale » dirons nous pour ne rien dévoiler) ou sur les bancs de la fac, Anna mène une quête d’amour perpétuelle et désespérée.

Elle « double-aime » Anna !

Mais jusqu’où cela va-t-il la conduire ? Pour le découvrir rendez-vous au théâtre des Mathurins.

du mardi au samedi jusqu’au 7 septembre puis le lundi et mardi jusqu’au 17 décembre.

 

 

************************************

Avec : Élisa Ollier

Auteurs : Élisa Ollier et Vincent Fernandel

Metteur en scène : Samuel Sené

Lumières : Idalio Guerreiro

Musiques de scène : Raphael Bancou

 

D44FEC97-228B-4449-8F94-1266D85FA8B7.jpeg


31/08/2019


"Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri"

                      67342674_2646387162041152_7133233181578231808_n.jpg
v

« Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri est adapté du roman « Éponyme » et inspiré d’une histoire vraie.
Le texte de David Lelait-Helo est un bouquet d’espoir pour tous ceux qui ont des rêves inassouvis.

Jeune, Milou avait la tête pleine de rêves. Devenir une princesse en maternelle, une reine au primaire ou encore se glisser dans la peau de Casimir.
Et un jour de prière et pénitence, la vie du jeune garçon devient une évidence.
Une voix dans un générique de feuilleton télé fait chavirer son cœur : quand il sera grand, il sera Nana Mouskouri.
Un rêve qui l’amènera à aller au delà de ses espérances.

Mais Nana Mouskouri n’est pas la seule passion de Milou.
Il y a aussi Mamie Aimée, sa grand mère.
La seule qui comprend et pardonne toutes les fautes.. Une belle image que ce lien indestructible, cet attachement mutuel entre une grand mère et son petit fils.

Didier Constant, qui interprète Milou, nous offre un spectacle très touchant, où la difficulté d’être un enfant qui se sait différent est le quotidien.
Un adolescent aux rêves les plus fous, qui deviendra au fil du temps un adulte épanoui.
Mais que d’embûches pour suivre son rêve...!!

A travers ce personnage, nous sommes transportés dès les premières minutes dans son univers.
La caravane qui sert de décor tourne sur elle même et nous emmène à tour de rôle dans une chambre ou sur la route.
Cette mise en scène, sobre mais efficace de Virginie Lemoine nous touche au cœur.
Elle met en avant le talent incontestable de Didier Constant.

Il est impossible de ne pas être sensible à ce seul en scène. Toutes les émotions y passent.
On en ressort des étoiles plein la tête avec une certitude.
Il ne faut jamais renoncer à ses rêves et il est nécessaire d’en avoir.
Et comme le dit si bien Milou « Ça donne du sens à ce qui n’en a pas. »

Mise en scène et adaptation : Virginie Lemoine
Comédien : Didier Constant
Relation presse : Coupe file - Guillaume Bertrand


30/07/2019


Mister Roze

        

                          67255664_1192783197574583_8463102335143378944_n.jpg

Ça faisait un moment que nous souhaitions aller à la rencontre de Stéphane Hausauer alias Mister Roze. C’est chose faite au Festival d’Avignon où il a élu domicile jusqu'au dimanche 28 juillet.

Son spectacle commence avec des micros trottoirs en vidéos où l’amour est le sujet principal.
Mais c’est à la suite d’un accident de scooter que nous rencontrons Mister Roze qui se retrouve dans le sas de l’entre deux.

 

Vêtu de rose, « sa couleur préférée choisie par son ex », Mister Rose nous raconte avec beaucoup d’humour et de tendresse, sa rencontre avec Joséphine « sa passeuse » et nous embarque dans sa quête amoureuse.
Entre Catherine, Helene la psychopathe des maths, Virginie rencontrée dans un sex-shop, Thomas son pote de l’association des largués anonymes et Églantine qui aime les comédies musicales, Mister Roze nous offre un spectacle où l’émotion se mêle à l’humour.

Une belle réflexion sur le sens de la vie et l'amour à ne pas rater.

Jusqu’au dimanche 28 juillet au Festival d’Avignon, salle 4 du Capitole.
Puis à la Comedie dès 3 bornes à Paris à partir du 21 septembre tous les samedis à 18h30.



Auteur : Elisa Boulange, Stéphane Hausauer.
Artiste : Stéphane Hausauer
Metteur en scène : Elisa Boulangé, Stéphane Hausauer


26/07/2019


Movie Show !

554193F2-49EB-4751-8DD3-3C135596E4EE.jpeg
                                       

Au carrefour entre le mime, le chant, l’expression corporelle et la danse « Movie Show » est une véritable Ôde au cinéma !

Membre de l’équipe technique sur un tournage, une jeune femme va profiter de la pause-déjeuner pour plonger dans ses rêves et nous y embarquer. Cette jeune machiniste est interprétée par Valérie Gaillard qui est l’auteure de son propre spectacle.
Ce dernier est un patchwork cinématographique qui va de « Harry Potter » à « My fair Lady » en passant par « Le magicien d’Oz » ou « Don Giovanni », pour ne citer que quelques exemples et ne pas tout vous dévoiler.


La mise en scène, signée William Malatrat (« Quel beau dimanche ! », « Le Journal d’une femme de Chambre » qui a reçu le P’tits Molières dans la catégorie « Meilleure comédienne dans un premier rôle » en 2015, « Lettre d’une Inconnue », « Feu la Mère de Madame » etc…), est très dynamique. Valérie Gaillard passe d’un rôle à un autre, d’un univers à un autre, avec beaucoup d’énergie d’humour et de poésie.
Les changements de costumes sont très nombreux et se déroulent le plus souvent pendant de courtes projections.
En effet, il y a eu également un important travail de montage vidéo de la part de William Malatrat et par moment on pourrait presque imaginer que certains des personnages sortent de l’écran.


Valérie Gaillard parle très peu en revanche dans ce spectacle et lorsqu’elle chante, c’est en anglais. Le langage du corps n’ayant pas de frontière , ce « Movie Show » pourrait donc très facilement s’exporter.

Mais, pour l’instant, il va déjà se jouer au Festival Off d’Avignon au Sham’Théâtre du 5 au 28 Juillet 2019 à 11h30 et une tournée est envisagée.

******************************************
Écriture et mimographie : Valérie Gaillard
Mise en scène et vidéos : William Malatrat
Avec : Valérie Gaillard
Directeur Cie Népenthès-Théâtre : William Malatrat
Manager : Charlotte Calmel
Chargée de diffusion : Murielle Silvestre


16/06/2019


Il était une Moi - Bilan de compétences d'une princesse au Théâtre du guichet Montparnasse

61778130_2417358695175905_7713756397418053632_n.jpg

C’est dans son petit royaume au Théâtre du Guichet Montparnasse que la Princesse Emmeline Naert vous accueille tous les dimanches à 20h jusqu’au 23 juin.
Seule en scène pendant plus d’une heure elle vous embarque, avec une énergie incroyable et sans jamais s’économiser, dans ses (mes)aventures !

Sous des airs totalement déjantée, cette Princesse sait finalement très bien d’où elle vient et où elle va, même si elle semble perdue au point d’avoir besoin d’un « bilan de compétences ».
Et s’il fallait lister ces dernières, à la comédie nous ajouterions le chant, la guitare ainsi que l’écriture.
Déjà très à l’aise dans les spectacles jeunes public comme dans des registres plus classiques, contemporains ou même burlesques, Emmeline signe ici son premier spectacle en tant auteure.
Elle s’y raconte avec humour et dérision, depuis ses origines belges en passant par les bancs de la fac, jusqu’à ses débuts dans le domaine du spectacle.
A travers toutes ses anecdotes, elle fait surtout passer de nombreux messages et dresse un portrait sans concession de notre société actuelle.

C’est donc PRESQUE un conte fée que nous vous invitons à découvrir.

Au Théâtre du Guichet Montparnasse le dimanche à 20H jusqu'au 23 juin 2019 
De et avec Emmeline Naert
Mise en scène : Jean-Hérédia, Papy


05/06/2019


Jérem Rassch : Sacrée famille au Bo Saint Martin

62263942_468692973866663_2723208487722024960_n.jpg

Aimez-vous les « cousinades » ou les interminables repas de famille ? Jérem Rassch, lui, cherche plutôt à les éviter voire les fuir.
Il faut dire qu’entre la mère « pot de colle », la cousine et ses « tutos » ou bien l’oncle Raymond, il est « servi » !

Auteur de son propre spectacle, drôle, rythmé, parfois volontairement vulgaire, souvent touchant car toujours plein de sincérité et de tendresse, Jérémy Rassch nous entraîne à la découverte des siens.
Ces derniers, à un moment ou un autre, d’une manière ou d’une autre, nous font forcément penser à nos proches ou connaissances.
Mais derrière la caricature et certains clichés, en passant d’un personnage à un autre avec une facilité indéniable, il dresse un tableau sans concession de notre société actuelle.
Personne n'est epargné et tous les sujets sont traités : de l’hyper-connexion sur les réseaux sociaux à l’homosexualité ou encore le harcèlement scolaire.

On apprend d'ailleurs que celui-ci n’était pas très à l’aise sur les bancs de l’école; Ce qui ne l'a pas empêché d'obtenir des 1er prix : celui du concours d'humoristes au festival "Roquemaure2rire" en 2018 et celui du public au festival "A morieres de rire" en 2017.
Il a également fait la première partie de Titoff et Élodie Poux.

Comme quoi rien n’est impossible et comme il le dit si bien : « Ce n’est pas en rêvant que l’on vit mais en vivant que l’on rêve »

« Sacrée famille » : une création de Jérem Rassch à découvrir au Théâtre Bo Saint-Martin chaque mercredi jusqu’à la fin du mois de juin puis au Festival d’Avignon au Théâtre Cinevox à 11H45
 
Attachée de presse Avignon : Charlotte Calmel


04/06/2019