musical-et-cie

musical-et-cie

Célestine et la tour des nuages

                                   unnamed.jpg

 

CELESTINE ET LA TOUR DES NUAGES

 

«Les vrais héros ne connaissent pas le sens de la vie, ils lui en donnent» et Célestine en fait bel et bien parti.
C’est son épopée qu’il nous est donné de suivre dans «Célestine et la tour des nuages».

Le 14 Février dernier, Musical & Cie a assisté à la dernière date d’une série de 5 représentations à la Comédie Nation produites par la société Lontra.

 

Dès les premières secondes, grâce au décors mais surtout à la musique composée par Nelly Stajic (interprétée par Jonathan Goyvaertz au piano) nous sommes propulsés dans l’effervescent Paris de 1889 et de l’exposition universelle.

 

Le livret (à différents degrés de lecture) riche en rebondissements avec un humour omniprésent est signé Clara D’Agostino et Medhi Vigier.
Il est très bien dosé et laisse également la part belle aux rêves et à la l’innocence de Célestine Trouvé.

 

Tout commence au moment où cette dernière quitte l’orphelinat dans lequel elle a grandit pour devenir l’assistante du Professeur Fournier, un historien spécialisé en ésothérisme et passionné aéronautique scientifique (même s’il a peur de l’altitute et du vide !).

 

Notre héroïne est interprétée par Marianne Millet.
Nous vous parlions d’elle tout récemment puisque nous l’avions vue « Dans les yeux de Jeanne ».
Ici on la retrouve dans un registre évidemment bien différent.
Elle semble au moins aussi à l’aise dans le rôle de cette jeune aventurière très brillante, espiègle à souhait mais, avouons-le, un peu gaffeuse.

 

Son nouvel employeur, le Professeur, va s’avérer un brin «parano» persuadé qu’il se trame un complot avec une société secrète (nous n’en révélerons pas davantage car nous sommes persuadés que l’aventure ne fait encore que commencée pour Célestine)
Il est surtout complètement farfelu mais comme il le proclame haut et fort : « il n’y a rien au monde de mieux que d’être loufoque » !
C’est Hadrian Levêque qui incarne ce personnage haut en couleur et aux allures de Willy Wonka.

 

Sans tarder, notre jeune Célestine va se voir confier une mission : trouver le ballon Lachambre au milieu de l’exposition universelle !

 

C’est alors qu’elle va rencontrer le dernier membre du trio de choc (avec qui elle a en commun une admiration sans faille pour Jules Verne) : Mira Loizeau, sur le point d’obtenir ses ailes !
Une Féministe, avant-gardiste qui s’implique beaucoup au sein du mouvement syndical.

Marie Arnold se glisse dans la peau de cette ingénieure ou technicienne, mécanicienne qui rêve de piloter un aéronef avec bien plus de facilité que son personnage dans les grandes robes de gala. 

 

Mais il n’y a pas de belle histoire sans conteur.
C’est là qu’intervient Noé Pflieger dont le personnage à la fois mystérieux voire légèrement inquiétant par moment va nous «balader» dans l’espace et dans le temps pour nous relater tout ce que nous venons d’expliquer et bien plus encore.
Comme si cela ne suffisait pas il créé la surprise avec d’autres personnages et pas des moindres !
Mais, chut ! 

 

Le rythme effréné qu’il mène est soutenu par la mise en scène parfois interactive et sans aucun temps mort de Clara d'Agostino assistée de Lara Pegliasco.

Nous ne pouvions tout de même pas terminer cette article sans saluer le travail sur les harmonies dans les chansons d’ensemble.

 

En somme, absolument tous les ingrédients sont réunis pour que ce spectacle connaisse une réussite dépassant encore celle qu’a connue cette série de lancement.
Pourtant le challenge était de taille étant donné la qualité du spectacle.
Alors, quoi qu’il arrive, rappelez-vous qu’ «il n’y a pas de situation, si périlleuse soit-elle, dont on ne puisse se tirer» et c’est Jules Verne qui nous le dit !

 

**********************

Avec : Noé Pflieger, Marianne Millet, Hadrian Levêque, Marie Arnold

Pianiste : Jonathan Goywaertz

Musique originale : Nelly Stajic

Livret : Clara d'Agostino et Mehdi Vigier

Mise en scène : Clara d'Agostino assistée de Lara Pegliasco

Chorégraphie : Joseph Laurent

Visuels : Nah Pictures - Maeva Sorya - Tao Hime

Directrice de production : Manon Bianchi

Chargée de production : Chiara Stringari



24/02/2020

A découvrir aussi