musical-et-cie

musical-et-cie

"Feu le père de Monsieur'

65089042_2018580341580144_5760649830930055168_n (1).jpg

 

Si vous lisez ce billet c’est qu’à priori vous aimez le spectacle vivant, au moins le théâtre.
Alors le titre « Feu le père de Monsieur » doit vous rappeler quelque chose…

Mais oui ! Il s’agit bien d’une adaptation de la célèbre farce conjugale « Feu la mère de Madame » de George Feydeau jouée pour la première fois le 15 novembre 1908 à la Comédie-Royale.
Plus d’un siècle après, les 10 et 11 juin dernier, c’est au Café de la gare que cette œuvre s’est encore jouée et ça fonctionne toujours aussi bien grâce à une mise en scène très dynamique et pleine de surprises signée Odile Huleux.
Cette version remporte un vif succès depuis trois ans et elle vient d’ailleurs de recevoir 5 nominations au P'tits Molières 2019.
Le texte est scrupuleusement respecté à ceci près que Lucien devient Lucienne mais rentre toujours à quatre heure du matin du bal des Quatʼ Zʼarts et réveille toujours non pas Yvonne mais Yvon qui va lui faire une scène de ménage.

Sorti de son sommeil par la « maudite clochette » leur grincheux domestique (qui trouve qu’il fait un « maudit métier ») va assister à une succession de quiproquos et de retournements de situations.
C’est bien entendu au moment où tout le monde se recouche enfin qu’on sonne à la porte.
C’est Josette, « la nouvelle bonne à Papa », « qui est idiote, qui est bête, qui n’a rien dans la tête ».
Elle vient leur annoncer que le père de Monsieur est mort mais elle s’est trompée de palier…

Bertrand Skol, qui vient de rejoindre la troupe, donne à son personnage Yvon quelque chose de très touchant notamment lorsqu’il tente de s’affirmer face à sa femme Lucienne.
Cette dernière est jouée par Agnès Chamak qui apporte un humour tout à fait irrésistible habillée en Louise XIV.
Philippe d’Avilla qui se glisse dans la peau de leur domestique n’est vraiment pas en reste et semble parfois presque aussi stupide que la bonne du « pauvre Papa ».
Kim Koolenn incarnant ce dernier rôle est tout aussi comique que ses partenaires.

Les quatre comédiens s’en donnent donc à cœur joie et nous vous entendons d’ici vous dire « Mince, j’ai raté le coche !».

Rassurez-vous, ils seront au Festival Off d’Avignon en juillet au Théâtre des Brunes à 16h15 et nous ne serions pas étonnés qu’ils reviennent ensuite à Paris.
En tout cas c’est tout « le mal » que nous leur souhaitons !

Auteur : Georgette Feydeau
Mise en scène : Odile Huleux
Avec : Agnès Chamak, Bertrand Skol, Philippe D'Avilla, Kim Koolenn




22/06/2019

A découvrir aussi