musical-et-cie

musical-et-cie

La putain respectueuse à la Folie Théâtre

IMG_3964.JPG


LA PUTAIN RESPECTUEUSE

 

Ce jeudi 3 juin "Musical & Cie" a fait un bon dans le temps et dans l’espace en pénétrant dans la grande salle de La Folie Théâtre pour découvrir «La putain respectueuse».
Cette pièce en un acte et deux tableaux de Jean-Paul Sartre est inspirée d’un fait réel qui s’est déroulé aux Etats-Unis dans les années 40.
Elle a été publiée en 1947 et représentée pour la première fois le 8 novembre 1948 au Théâtre Antoine. D’ailleurs le décors, la musique d’ambiance et les costumes proposés par la Compagnie Strapathella nous immergent directement dans cette époque et le spectateur se retrouve très rapidement au cœur de l’intrigue.

 

Lizzie une jeune prostituée débarquant de New-York assiste dans le train à un viol suivi de l’assassinat d’un homme noir par un blanc.
En ce temps là et qui plus est aux USA «Un nègre a toujours fait quelque chose» il est donc beaucoup simple d’accuser un homme noir. C’est ainsi que cette jeune femme, se trouve mêlée à une sombre affaire, victime de chantage et de manipulation.
C’est Laetitia Lebacq, remarquée notamment dans «La lettre d’une inconnue» (au point d’obtenir le P’tit Molière 2018 pour son interprétation), qui se glisse dans la peau de ce personnage simple, honnête et un peu naïf.
C’est également elle qui signe la mise en scène rythmée et très efficace.

 

Les manigances auxquelles elle doit faire face sont «orchestrées» par le sénateur.
Sénateur interprété par Philippe Godin ( comédien, metteur en scène et Président du Comedia, Théâtre de Lagny sur Marne) qui trouve là un rôle taillé sur mesure pour son autorité naturelle et sa carrure.
Celui ci mettra tout en oeuvre 
pour faire signer une déposition à la jeune femme afin qu’elle dise que c’est l’homme noir qui a tiré et ce pendant qu’une véritable «chasse au nègre» s’organise.

 

L’homme traqué débarque chez Lizzie, lui explique qu’il n’a rien fait et l’implore de le cacher.
Celui-ci est joué par Baudouin Jackson qui, bien que son rôle soit presque muet, nous saisit par la justesse et la puissance de son interprétation.
Ce comédien formé au conservatoire du XVIème a déjà une belle expérience au sein de différentes compagnies et nous livre ici une vraie prouesse.

 

Le dernier personnage : Fred le fils du sénateur travaille "main dans la main" avec son père. Il est interprété par Bertrand Skol.
Ce comédien qui nous vient de Belgique et un habitué de nos articles. Nous vous en avions parlé après l'avoir vu dans «Feu le père de Monsieur» ainsi que dans «Amants à mi-temps».
Ici, loin des rôles comico-burlesques dans lesquels nous le trouvions précédemment, il tient avec beaucoup de crédibilité un rôle plein d’ambigüité aussi sombre, mauvais et menaçant que l’amour qu’il va finalement porter à Lizzie dont il est le client.

 

Évidemment la thématique du racisme est omniprésente et résonne particulièrement fort aujourd'hui (notamment un an après la mort de George Floyd sous les coups d’un policier blanc).
On ne peut aussi que remarquer la dimension féministe de l'œuvre à travers le sort qui est réservé à Lizzie. 

Cette dernière va t’elle céder à la pression ? Va t’elle faire ce faux témoignage ? Pour le découvrir rendez-vous à La Folie Théâtre jusqu’au 20 juin le jeudi à 19h15, le samedi à 18h et le dimanche à 16h30.




06/06/2021

A découvrir aussi