musical-et-cie

musical-et-cie

"Plus haut que le ciel" nominé aux Molieres 2020

affiche.jpg


PLUS HAUT QUE LE CIEL

 

Le lundi 9 mars, Musical et Cie s’est rendu au théâtre Fontaine pour la corporative de « Plus haut que le ciel ».
Avec deux nominations pour les Molieres 2020, nous voulions vous reparler de cette pièces que nous avons eu la chance de voir.

Le symbole de Paris voire même de la France : la Tour Eiffel n’en finit pas d’inspirer. Après « La tour de 300 mètres » de Marc Deren (une comédie musicale à laquelle nous avions consacré un article) c’est Florence et Julien Lefebvre qui nous racontent, dans une pièce façon vaudeville, l’incroyable histoire pleine de rebondissements de
« l’inutile et monstrueux » édifice.

 

Gustave Eiffel prend une certaine bonhomie mais aussi un côté un peu « roublard » sous les traits de Frédéric Imberty (vu entre autres au cinéma notamment dans «Cloclo» ou à la télévision dans «scène de ménage» ).
Il ne veut pas confier son entreprise à sa fille aînée parce que c’est une femme mais il reconnaît qu’« un regard féminin apporterait peut-être quelque chose » (un joli clin d’oeil au féministe ambiant !).

C’est Margaux Van den Plas (formée au Cours Florent, elle a tourné pour le cinéma «Un jour mon prince», et joué au théâtre dans «Les jumeaux vénitiens» et «à tord ou à raison») qui se glisse dans le rôle de Claire Eiffel.
Elle incarne une jeune femme pleine d’énergie et de charme auquel succombera bientôt l’Assistant de son père.
Si au début elle trouve que c’est un «arriviste prétentieux» elle ne lui résistera bien entendu pas trop longtemps.

Mais comment rester insensible à Thomas Ronzeau (formé au Conservatoire du 9ème il s’est illustré notamment dans «Spamalot», «La petite fille aux allumettes», «La légende du roi Arthur», «La vie parisienne» ou encore «Chapitre XIII»), qui campe ce rôle de séducteur/joueur, celui d’Adolphe Salles, et que le public applaudit à tout rompre dans son moment d’ivresse ?
Nous n’en dirons évidemment pas davantage à ce sujet...

En dehors de ce triangle père/fille/gendre on remarquera Héloïse Wagner (suite à la classe libre du Cours Florent, elle s’est illustrée notamment dans «Kiki de Montparnasse», « Silence, on tourne! » et « Folie »).
Le truculent personnage d’Armande Bernouille, après avoir défendu une pétition contre le projet, tente le tout pour le tout afin de racheter la société d’Eiffel pour avoir «Paris à ses pieds».
Selon elle : « un bon mari vous idolâtre et vous obéit » !

Son mari est interprété par Jean Franco (auteur de nombreux succès tels que «Panique au Ministère», «La candidate», «Plein la vue», «Jamais 2 sans 3», «Libres ! ou presque...» dans lesquelles il joue souvent).
On ne peut qu’être admiratif pour toutes ses interprétations.
En effet, celui-ci a quatre autres rôles dans «Plus haut que le ciel».
Il va de l’époux Bernouille à l’ouvrier italien en passant par le modéliste Taillesec, Leconte De Lisle et le Ministre Edouard Lockroy.

N’oublions pas les deux ingénieurs qui travaillent avec Eiffel : Émile Nouguier et Maurice Koechlin qui sont respectivement joués par Axel Blind (élève puis enseignant au cours Jean-Laurent Cochet il a interprété de nombreux rôle au théâtre mais il a aussi joué dans la série «Engrenage») et Nicolas Le Guen («La double inconstance», « Sorcière gribouillis »).

Tous, sans exception, se mettent avec brio au service de cette pièce pleine d’humour qui se veut vraiment familiale et dans laquelle on apprend beaucoup de chose sur la construction de « La grande Dame ».

 

La mise en scène signée Jean-Laurent Silvi (assisté de Nastassia Silve) ne laisse pas une seconde de répit et ne cesse de nous surprendre.
Les portes, derrière lesquelles on écoute, claquent régulièrement entre les cris et les courses poursuites.

Les décors de Margaux Van Den Plas (qui, rappelons-le, incarne Claire Eiffel) changent fréquemment et rapidement.
Les projections qui les complètent sont utilisées à bon escient donnant un coté à la fois réaliste et magique au spectacle.
Un soin particulier a également été apporté aux costumes que l’on doit à Frédéric Olivier.

 

En somme toute ces équipes créatives, artistiques et techniques ont dû se dire « C’est impossible ! Et c’est pour ça qu’nous allons l’faire ! » et il est clair que c’est une réussite !

 

****************

Auteur : Florence Lefebvre, Julien Lefebvre

Artistes : Frédéric Imberty, Margaux Van Den Plas, Thomas Ronzeau, Axel Blind, Nicolas Le Guen, Jean Franco, Héloïse Wagner

Metteur en scène : Jean-Laurent Silvi

Lumières : Éric Milleville

Musique : Romain Trouillet
Attaché de presse : Lynda Mihoub
Crédit photo : Maïna Salmon



09/06/2020

A découvrir aussi